Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jane Hervé, le gué de l'ange

poésie des images et des lettres

Printemps, le duo d’ibis

Photo Xinhua, province du Shaanxi, nord-ouest de la Chine.

Photo Xinhua, province du Shaanxi, nord-ouest de la Chine.

Du plus au moins réel…

Charles, ami de longue date, m’a adressé cette intrigante photo de deux ibis huppés. Elle capte mon regard qu’elle fait voyager du réel à l’imaginaire.

Les oiseaux renvoient d’abord à une scène fort réaliste de pariade. L’ibis mâle à la huppe dressée, sur la droite, est le maître du jeu amoureux. Il le manifeste clairement. Sa patte gauche avance et se crispe en serrant la branche. Il s’y ancre pour éviter tout déséquilibre. Il peut ainsi progresser dans l’acte de séduction. Les yeux étonnés des oiseaux, dardés l’un sur l’autre, prouvent l’accomplissement… à venir.

Puis mon regard s’évade. J’ai le sentiment que les becs d’ibis sont deux épées croisées pour un jeu d’escrime. Un symbole. Ni plus ni moins. Elles me renvoient à l’oncle Jean qui m’a appris à manipuler ses épées chéries. Mousquetaire d’un jour, il prenait soudain un look d’Artagnan. en casaque et en large col de dentelles. J’étais fascinée. L’oncle clamait alors Ciel-Terre-Croisé-Bataillon-Feu dans un coin de la réserve de son magasin lyonnais, passage de Largue. J’adorais faire tourbillonner les épées en phase finale, au milieu des postes de TSF démantibulés, des tenailles et des tournevis révélant ses hobbies. « C’est comme ça ? » interrogeais-je emportée par le mouvement appris par cœur ! Je restais longtemps persuadée que tous les combats d’escrime, tous les duels entre nobles suspicieux, commencent par un tel cri d’appel. Tout comme j’aimais cet oncle drôlatique, alors marchand de chaussures dans le civil en quelque sorte.

Puis mon regard dérive encore plus dans les rebonds de cet imaginé né des deux ibis. De deux ibis, non; simplifions, un seul ibis suffit! Celui dont les plumes se hérissent sur le crâne, évoquant  Riquet à  la Houppe. Ce héros de Perrault n’avait pas mes faveurs d’enfance. Prince né laid mais affublé d’intelligence, il avait pourtant le pouvoir de rendre les autres intelligents. Il boitait et louchait à la naissance. Il se métamorphosa néanmoins après avoir conquis l’amour d’une Belle stupide qu’il rendra ensuite lucide. Aujourd’hui, je juge pourtant ce Riquet attachant, généreux et éthique. Proche. Ce n’était pas le cas pour la fillette peu appréciée que je devais être.

                                                                      ****

 

Les ibis de Chine

Revenons  à nos moutons, ces ibis bis photographiés, autrement dit… les deux ibis dits "de-Charles". Oiseau jadis en voie de disparition en Chine (1), l'ibis huppé - ce "joyau oriental" -  est désormais sauvé. Il y en avait 7 en 1981, il y en a plus de 5000 aujourd'hui. Au cours des 40 dernières années, le nombre de spatules à face noire est également passé de 1000 à 4000, celui des grues sibériennes de 210 à 4500. La Chine,  l'un des pays  de grande diversité d'oiseaux, en abrite 1 445 espèces (394 sont inclus dans la liste de protection la plus élevée du pays).

Le printemps reste une saison cruciale de reproduction des volatiles et de départ de migrations à grande échelle.  Aucune chasse, ni commerce illégaux d'oiseaux sauvages ne sont permis. Quatre des neuf principales routes de migration des oiseaux du monde traversent la Chine.  90% des pluviers y migrent ainsi de l’Asie de l'Est vers l'Australie-Nouvelle Zélande (appelée Austrasie).

Sur les 980 animaux de leur nouvelle liste prioritaire d’animaux sauvages (2), on trouve 517 ajouts d’oiseaux mués en animaux de compagnie pour leur chant ou leur plumage séduisants. Ainsi la grive hwamei  et l'alouette de Horsfield, vendus  sur de nombreux marchés.

Une photo de ces volatiles engendrera peut-être, un jour, l’envol de mon esprit.

 

Jane Hervé

 

  1. Selon l’Administration nationale des forêts et des prairies.
  2. Administration et le ministère de l'Agriculture et des Affaires rurales.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article